Delta Club 82 école de deltaplane près de Toulouse Montauban
Apprendre à voler en deltaplane - Trouver une école de deltaplane
Baptême de l'air en deltaplane près de Toulouse Montauban
Météo vol libre
Bibliotheque du Deltaplane
Photos de deltaplane
Vidéo deltaplane
Sites de vol libre
Occasion vol libre : deltaplane, parapente...
Les ailes et les fabricants de deltaplane
Forum du deltaplane


Le Delta CLub 82 est aussi sur Facebook
Ecole de deltaplane dans la région de Toulouse - MontaubanAgendaDivers deltaplane et vol libreDelta Club 82 Ecole de deltaplane

>>> Forum du deltaplane

  Répondre à ce sujet
Débuter le deltaplane région frontière 01/73
philfeedia
Ecrit le : 11 août 2017 à 19:14
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



Bonjour,

J'ai découvert les sensations du vol couché lors d'un biplace pédagogique, et âgé de 58 ans, après 28 ans de parapente, j'ai très envie d'évoluer vers le deltaplane.
Je me suis inscrit en école, pour réaliser le stage apprentissage jusqu'au grand vol. Et, hélas, la première séance, nous avons travaillé sur pente avec vent nul au mieux, parfois même arrière, et travers droit à l'arrivée. Je me suis vite heurté à une vieille tendinite jambe gauche. Et le lendemain j'ai du ajourner, d'autant que l'aérologie semblait encore plus compliquée. Quelques jours après, voulant compenser la tendinite, je me suis fait un sérieux claquage ischios-jambier droit. Et la confiance était perdue. La tentation serait d'abandonner, mon envie de dépasser cet obstacle perdure.
Pourquoi est-ce-que je souhaite m'orienter vers le MOSQUITO, pour la suite, car j'espère réduire mes difficultés à courir. Je crois trouver dans cette formule un moyen de quitter l'arrivée pour partir en cross, et garder l'esprit vol libre. Vous saurez me dire de votre expérience.
Y-a t-il des pilotes MOSQUITO que je pourrais venir voir voler, leur expérience et leur enseignement me permettrait de préciser mon projet ?
Certes, j'ai bien conscience que je dois d'abord apprendre les bases du delta, retourner en école, et peut-être auprès d'un site offrant de meilleures conditions ventées...

Merci, amivolement, Phil
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
louisc
Ecrit le : 12 août 2017 à 10:34
Citer


Messages : 101
Inscrit le : 18 juin 2012



tu vas courir quand meme et avec plus de poids sur le dos.... bon courage
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Malabar
Ecrit le : 12 août 2017 à 13:20
Citer


Messages : 90
Inscrit le : 14 juin 2012



Les meilleures options pour ne pas avoir à courir sont le remorqué ou le treuillé sur carioulet.
Le Mosquito, s'il apporte d'indéniables avantages en termes d'autonomie, implique de nombreuses contraintes: petit vent de face obligatoire si l'on ne veut pas courir comme un malade, poids à manipuler et complexité.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
philfeedia
Ecrit le : 13 août 2017 à 10:46
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



Bonjour, merci de votre contribution, oui bien sur que je dois bien me resoudre à courir, j'en suis bien conscient. L'EXXTACY est aussi une aile bien lourde, il me semble qu'engager une course sur le plat, sur terrain nickel, avec un minimum de vent de face, au moins 10/ 15 km/heures sont nécessaires, certes, et moins risqué qu'engager une course insuffisante en pente de decollage, avec toute la vulnerabilite que nous avons a ec une aile en sous vitesse.

Et, le fait d'assister au decollage MOSQUITO me eerait certainement d'une aide precieuse. J'ai contacte XAVIER VERGES, LE PRO POUR EXXTACY ET MOSQUITO, il deplore l'absence en France d'ecoles enseignant cette pratique, et en gros aides toi et le ciel t'aidera.

Dans mon apprentissage, je suis allé prendre des cours de pendulaires, cependant le vol MOSQUITO avec aile delta n'est pas du vol pendulaire.

Dans le forum, vous avez deja evoque cette questiin avec un lien pour video decoller coucher, cela ne semble pas aussi evident à construire qu'il le parait sur la video.

En esperant etre contacte par des pilotes MOSQUITO, quite à faire plus de 100 kms pour assister à leur vol,

Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Malabar
Ecrit le : 13 août 2017 à 12:13
Citer


Messages : 90
Inscrit le : 14 juin 2012



Contrairement à ce que tu penses, décoller en mosquito nécessite de savoir décoller nickel en libre, et ne garantit pas qu'une gamelle ne soit pas aussi néfaste qu'en libre, surtout compte tenu des masses supplémentaires mises en oeuvre, entre lexxtacy et le moustique.
Si tu ne veux pas courir trop, il te faudra effectivement un vent de 10-15 km/h rigoureusement de face.
Sinon, il y a des ULM légers permettant de prendre les thermiques (Pixel, Alizé), ce qui résoudrait ton problème.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
philfeedia
Ecrit le : 13 août 2017 à 12:57
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



Oui, je suis bien conscient que je dois bien maitriser decollage et atterissage classique delta, avec course, cest bien la raison pour laquelle jai commence par un stage formation delta. Je nai pas profite des meilleures conditions pour cet apprentissage, et je vais devoir repartir de cette etape avec une ecole offrant une vrai pente ecole bien alimentee.

L experience de pilotes mosquito me servira pour la suite, si jarrive a depasser mon handicap jambe gauche , equipee pth.

Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Thypar
Ecrit le : 16 août 2017 à 12:51
Citer


Messages : 18
Inscrit le : 09 septembre 2013



Citation (philfeedia @ 13 août 2017 à 13:57)
Oui, je suis bien conscient que je dois bien maitriser decollage et atterissage classique delta, avec course, cest bien la raison pour laquelle jai commence par un stage formation delta. Je nai pas profite des meilleures conditions pour cet apprentissage, et je vais devoir repartir de cette etape avec une ecole offrant une vrai pente ecole bien alimentee.

L experience de pilotes mosquito me servira pour la suite, si jarrive a depasser mon handicap jambe gauche , equipee pth.

Pour les déltistes dans l'âme qui veulent éviter de courir ou d'être emmerdés par un vent pas parfaitement de face ou pas assez fort, surtout ne pas oublier d'envisager le Minimum car il fait le maximum !

L’ancienne version :


et la nouvelle :

Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
philfeedia
Ecrit le : 17 août 2017 à 09:30
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



smile.gif Bonjour, THYPAR, merci pour la lecture de mon message, et surtout merci pour ton conseil, je suis allé voir, cela semble très intéressant, je creuse la question dès ce jour, et prend contact avec le distributeur. Il dispense aussi une formation, chose impossible pour le MOSQUITO, en France !

Es tu toi même pilote MINIMUM ?

Amivolement, Philippe
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Thypar
Ecrit le : 17 août 2017 à 18:55
Citer


Messages : 18
Inscrit le : 09 septembre 2013



Citation (philfeedia @ 17 août 2017 à 10:30)
smile.gif Bonjour, THYPAR, merci pour la lecture de mon message, et surtout merci pour ton conseil, je suis allé voir, cela semble très intéressant, je creuse la question dès ce jour, et prend contact avec le distributeur. Il dispense aussi une formation, chose impossible pour le MOSQUITO, en France !

Es tu toi même pilote MINIMUM ?

Amivolement, Philippe

Ravi que tu sois intéressé,
je ne te connais pas mais pour cela tu as toute mon estime !
Oui je suis pilote de Minimum, j'en ai possédé un dans les années 80, j'ai beaucoup volé en toutes conditions, thermiques, avec du vent des turbulences etc... Il ne faut pas se laisser impressionner au premier abord par le moteur et l'hélice à l'arrière, je peux confirmer que c'est une machine éprouvée !
Et je ne suis pas le seul à travers le monde, va consulter le site de l'appulma, y'a un pilote qui, je serai près à le parier, à plusieurs milliers d'heures de vol avec cette machine.
J'ai aussi possèdé un Mosquito qui m'a aussi donné beaucoup de satisfactions mais je garde une tendresse particulière pour le Minimum, qui si son taux de chute moteur coupé est légèrement moins bon n'empêche pas de se régaler en thermique.
Il y a le plaisir du décollage à pied, mais il y a aussi le plaisir si particulier du décollage couché en Minimum et aussi de l'attero, j'en rêve encore !
Thierry


Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
philfeedia
Ecrit le : 17 novembre 2017 à 19:19
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



smile.gif Bonjour, j'avance doucement dans ce projet, et pour conclure une voie sure, je m'engage dans la transformation de mon MOSQUITO en charriot type MINIMUM, à partir des plans d'Eric DOUCET, publié sur le site de l'APPULMA.
J'ai trouvé un distributeur sur LYON pour toutes les pièces de type, noix de serrage alu 4g, tubes 4g, tout cela en complément des pièces achetées chez ULM TECHNOLOGIES.

Je prépare en même temps le brevet ULM 3 axes, car le comportement et pilotage d'une rigide qu'il s'agisse de l'EXXTACY, ou autre se rapproche davantage d'un comportement d'une aile 3 axes que d'un pendulaire.

Pour ce qui de vouloir apprendre à décoller à pied,ou poser sur ses jambes, ce serait une hérésie, à plus de 50 ans avec un handicap sur une jambe. Tous les vieux pilotes rigides ont été unanimes, en cas de soucis, une solution, le posé ROUES !!! Alors vive le MINIMUM.

Je me pose donc une question, pour avoir expérimenté le lacet inverse en 3 axes, qu'en est-il sur les ailes type exxtacy, sans palonnier ? Que vaut le virage sur une aile rigide sans dérive , uniquement avec ailerons et volets ?

Merci, à +
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Thypar
Ecrit le : 18 novembre 2017 à 09:36
Citer


Messages : 18
Inscrit le : 09 septembre 2013



Bonjour Filfeedia
Pour avoir volé sur Exxtacy et Atos, il n’y a pas de lacet inverse. Le virage : soulève le spoiler du côté ou tu veux aller et l’aile s.occupe de tout !
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
CVRN
Ecrit le : 20 novembre 2017 à 01:11
Citer


Messages : 465
Inscrit le : 27 février 2012



Bonjour,

J'ai volé 10 ans sous EXXTACY et depuis 6 maintenant sous VR, je confirme qu'il n'y a pas de lacet inverse.
Contrairement à ce que tu dis, le pilotage d'un rigide est identique à celui d'un souple pendulaire (même gestuelle même si la mécavol est différente).

Le seul rigide qui aurait pu avoir du lacet c'est le phantom d'aeros qui avait des ailerons au lieu
de spoiler mais le constructeur avait mis en place un système de compensation pour éviter le phénomène.

Donc suis plutôt une formation pendulaire que 3 axes (moins cher et plus en rapport avec ce que tu vivras sous ton aile).

Le virage en rigide se déclenche comme avec un souple (tirer, décentrer, pousser) sauf que ce sont les spoilers qui travaillent par simple déplacement latéral de la speed barre et non les bras pour déplacer le centre de gravité de l'aile.

Le virage est très homogène et l'aile permet vraiment de prendre de l'angle et d'enrouler serré si nécessaire.

Le seul point critique, c'est la vitesse, il vaut mieux voler trop vite que pas assez. (en général pas en dessous de 35 km/h avec les volets thermiques et pas en dessous de 50 km/h en lisse). L'incidence de l'aile varie avec les volets (quand on tire les volets, l'aile se cabre un peu et la speed barre avance, l'inverse quand on les relâche).

Les volets se gèrent facilement et tirés à fonds font d'excellents AF ce qui permet de bien gérer son plan de descente et son point d'aboutissement.

Selon l'aile, volets thermiques (valeur qui sert également pour le décollage) 10 à 15°. Volets tirés à fond de 45 à 70° (attention pas de manoeuvre radicale volets tirés à fond, on les sort à fond uniquement pour la finale).

Ce qui caractérise les rigides, c'est la stabilité de trajectoire notamment lors des transitions, aucun mouvement de roulis hollandais même à 120 km/h, et les corrections de trajectoires sont beaucoup moins pénalisantes que sur un souple.

amt

patrick
CVRN

PS : l'Exxtacy se passe très bien de stabilisateur - un seul départ en vrille en 10 ans et dans des conditions réellement pourries, j'en suis sorti en moins de 2 tours.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
philfeedia
Ecrit le : 20 novembre 2017 à 09:14
Citer


Messages : 7
Inscrit le : 11 août 2017



Bonjour, et merci de vos contributions.

Message bien reçu pour cette dimension du pilotage en virage, cela me tarde de pouvoir jouer dans mes premiers thermiques.
Certainement que le vol pendulaire se rapproche davantage de cette pratique.
Le souci qu'aucun pendulaire en école ne pourra me restituer cette sensation bien spécifique sous une aile rigide et plus encore en cocon vol couché.
Quitte à devoir passer un brevet ulm, en passant le théorique, je prends un passeport pour tous les vols autres que parapente et delta. Et, je suis trés attiré pour compléter ma culture du thermique par le vol planeur motorisé ulm, type moto du ciel, syrius, etc. Garder la liberté du vol libre, sur un budget encore abordable.
Oui, tu dis juste, les basses vitesses peuvent se révéler vite dangereuses. Et, pour moi, pilote de 27 années en parapente, lors de mes premiéres leçon en pendulaires, j'ai été très impressionné par la vitesse de final et j'aurais été tenté de trop réduire ma vitesse d'approche.
Aujourd'hui, sous Tetras, le 150 devenant une vitesse de croisière, je retrouve la sérénité pour ma vitesse en descente. Et, j'aborde le retour vers une aile pendulaire avec plus de confiance. Les pilotes rigides semblent unanimes, il est indispensable de parfaitement maitriser une approche parfaite en U ou L pour terminer un flair à 50 kms heure.
Nous disposons en France d'aucune école pour nous enseigner le vol sous rigide et encore moins équipé d'une motorisation auxiliaire pour juste quitter le sol, puis vol moteur coupé et hélice rétractée.
Pilotes d'EXXRACY, pouvez vous me dire s'il est vrai qu'il est si difficile de trouver les thermiques tant l'aile est stable ? Quelle est alors votre stratégie ? Ne faut- il pas alors préférer les 8 sur 3 ou 4 noyaux ? Ne faut-il pas travailler dés l'instant que l'on rencontre du zéro ?

Bien cordialement, Philippe
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Malabar
Ecrit le : 20 novembre 2017 à 09:39
Citer


Messages : 90
Inscrit le : 14 juin 2012



En France, comme ailleurs, il n'y a pas d'école enseignant le pilotage du rigide parce que le besoin ne s'en fait pas sentir.
Au sortir d'une école de delta, souple, bien sûr, on commence par se familiariser avec une aile intermédiaire de sortie d'école, puis, le passage au rigide, s'il est souhaité, se fait plus naturellement qu'on le croit, à condition d'avoir bien intégré qu'un rigide vole plus vite, et que le pilotage est plus abordable en raison de la stabilité confortable en roulis et lacet.
Pour ce qui concerne les thermique en Exxtacy, les sensations sont différentes quand à la localisation latérale de l'ascendance au début, car on sent beaucoup moins le soulèvement d'une aile par rapport à l'autre, mais cette sensibilité vient très vite. Il suffit d'être à l'écoute de nos sensations. Les Atos/Stratos sont un peu plus sensibles dans ce domaine.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
CVRN
Ecrit le : 21 novembre 2017 à 19:22
Citer


Messages : 465
Inscrit le : 27 février 2012



Pas mieux laugh.gif biggrin.gif !

amt

Patrick
CVRN
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :
Options du sujet Répondre à ce sujet